Jean Bidule n'est pas un violeur

1 femme sur 5 est victime au cours de sa vie d’une agression sexuelle. Je ne sais si ces stats ne concernent que les femmes cis. En tout cas, si oui, les chiffres pour les femmes trans* sont d’autant plus importants. Ces chiffres se concentrent sur une agression sexuelle, mais certaines d’entre nous en subiront 2, 3, 4, 20, 100 par le même agresseur ou par plusieurs.

La question qui se pose maintenant c’est : où sont-ils ?

Où sont les violeurs ? Les agresseurs ? Les manipulateurs ? Pas parmi vos potes apparemment, ni parmi vos collègues de travail, pas dans votre famille ou dans votre voisinage, pas dans la sphère politique, pas dans la sphère médiatique. Ce ne sont pas des médecins, pas des chanteurs, pas des acteurs, pas des journalistes. Le viol de 20% des femmes du monde serait le fait des autres, des « marginaux », des « obsédés ».

Pourtant j’ai été violé-e. Et c’était le fils de quelqu’un-e, c’était le frère de quelqu’un-e, le camarade classe, l’ami, le voisin, le collègue de quelqu’un. Et j’ai été re-violé-e encore. Par un mec qui avait un père et une mère, des frères et sœurs et des ami-es. Et encore. Et encore. Mais je n’ai rien dit. Parce que si j’avais parlé, on m’aurait répété « Jean-Bidule n’est pas un violeur ».

On le connaît nous Jean-Bidule, c’est un mec sympa. Et puis cette personne qui se dit victime, on sait pas qui c’est. Jean-Bidule dit que c’est *un-e ex-e qui lui en veut*, *salope qui assume pas*, *personne perturbée*, *insérer ici toute justification habituelle de la part de ces raclures*, alors on le croit, notre bon vieux Jean-Bidule.

C’est qu’elles sont horribles ces victimes, qui s’inventent des agressions. Elles se rendent pas compte qu’elles vont détruire la vie de Jean-Bidule. Bon, il ira jamais en prison, vu que 3% des viols se finissent au pénal faute de preuves et que c’est pas pour du vrai qu’il a violé donc pas de preuves. Il aura sûrement aucune répercussion non plus sur sa vie sociale, vu que nous on est là pour le soutenir, à la vie à la mort avec les violeurs ! Euh pardon, avec les copains ! Quant à son travail, bon ça fera peut être désordre, mais c’est pas sûr, suffit que son patron soit conciliant, on va pas se laisser bouffer par les mythomanes.

La pseudo victime ? Bouarf, au pire, si elle a pas menti, elle va se trouver seule, avec un syndrome post traumatique à subir les menaces de Jean-Bidule pour avoir parlé. Elle se battra avec le système judiciaire, si elle a la foi d’aller parler à 3 pauvres connards dans un bureau qui lui demanderont « Pourquoi vous avez confiance ? Pourquoi vous portiez une jupe ? Pourquoi vous étiez saoule ? » plutôt que de se demander comment arrêter Jean-Bidule. Elle subira le blaming de la société, elle se rappellera son viol chaque fois qu’elle lira dans les médias qu’on a pas cru une victime. Elle subira très certainement le shaming, parce qu’elle ment, alors il faut lui balancer dans la tronche qu’elle ment, pour qu’elle arrête. Elle sera seule, mettra du temps à s’en remettre, se dénigrera, souffrira, sera désespérée.

mo8m1
Sans consentement clair ça n’est pas « compliqué », c’est un viol.

En pratique, les gens que vous défendez n’ont pas besoin de votre défense. S’il existe des cas de « fausses plaintes », c’est très généralement plutôt du fait de la rétractation de la victime par peur, dépit, ou colère. Quand on est pas soutenu-es par le système judiciaire, ce genre d’évènements est pas si anecdotique en fait. Mais au delà de ça, rappelez-vous que seules 11% des victimes portent plainte et 3% des viols finissent au pénal avec une condamnation. On obtient donc une condamnation lourde pour 3% de 11% des victimes en France. Et ce avec des preuves uniquement donc une culpabilité avérée. Faites le calcul dans votre tête et vous verrez qu’un pote innocent ne craint rien en fait. Que sa réputation soit salie ? Est-ce que c’est vraiment un dommage si grave face au fait qu’il soit un potentiel violeur ? Je ne pense pas. Notamment quand on sait à quelle vitesse la réputation se rétablit.

Mais c’est pas le tout que vous défendiez vos proches, ce qui peut paraître presque « humain » (c’est pas facile apparemment d’admettre qu’on a partagé sa barquette de frites avec une raclure, l’ego en prend un coup, on se dit qu’on aurait du savoir, continuez comme ça les enfants : pensez à vous et surtout pas à la victime), vous défendez aussi des gens qui n’en ont absolument pas besoin. Roman Polanski, Woody Allen, Dominique Strauss Khan pour ne citer qu’eux. Ces mecs sont blindés (de fric et d’accusations), ont les moyens de s’offrir des avocats hors de prix quand leurs victimes se contenteront probablement d’un commis d’office, ont les moyens de faire pression sur les victimes. Ces mecs sont intouchables. Ça me paraîtrait plausible par conséquent qu’ils soient des enflures parce qu’ils le peuvent. Et bah non, la moitié de la populace s’échine à crier au complot.

Mais vous avez raison, dans le doute, continuez de soutenir Jean-Bidule. Ça serait dommage de passer à côté de l’occasion de soutenir un violeur qui même si on avait des preuves n’irait probablement pas en taule, quand on peut soutenir une victime qui en a besoin.

C’est important d’être du côté du plus fort, ça permet de garder ses œillères et de ne pas se dire qu’on vit dans un monde où ton meilleur pote est peut être un violeur.

La honte doit changer de camp. Ce n’est plus aux victimes de prouver leur innocence. A bas la culture du viol.

écrit par
More from KarlS

Les vautours

TW : agression sexuelle sur mineure, meurtre, propos nauséabonds et dépourvus de...
Lire plus