Merci

Dans ma recherche d’une actualité intéressante, je suis tombée sur un article très inspirant relatant les aventures palpitantes de monsieur l’adjoint machin-chose à la mairie de Paris. Monsieur l’adjoint machin-chose dédiait sa vie à améliorer celle des personnes handicapé-e-s.

Un jour, comme si être payé pour ça ne suffisait pas, il a pris son courage a deux mains, parce que ça va cinq minutes hein, les inégalités, qu’il s’est dit, et il a décidé de passer, avec tous ses potes adjoints, une journée le visage enrubanné, simulant ainsi la cécité, afin de « sensibiliser au handicap ». Face à tant d’abnégation, de générosité, j’ai été frappée par la nécessité soudaine et urgente de dire merci. On ne remercie pas assez nos politiques, ces chevaliers blancs cishétéros valides, pour leurs actions héroïques visant à bouter les inégalités hors de notre beau pays, pourfendant discriminations et pauvreté en caracolant, au volant de leur voiture de luxe, de « journées de sensibilisation venez on fait tous comme si qu’on était aveugles » en soirées de gala. L’article m’apprend même que des actions concrètes seraient prévues pour 2020. C’est bientôt ! Il faudrait que quelqu’un pense à prévenir les handicapé-e-s moteurs coinçé-e-s chez elleux à cause de pannes de fauteuil que personne, pour des raisons, j’en suis sûre, tout à fait justifiées, n’est fichu de réparer. Ou tout du moins, qu’on pense à leur apporter le champagne. 2020 ! Ça se fête.

Mais, du coup, moi, jeune militante qui me contente d’écrire des articles et de traîner sur Twitter, je me demande ce que je peux faire, à ma toute petite échelle, pour faire avancer les choses dans le bon sens. Oh, rien qui égalerait en courage et en efficacité l’action de tous les adjoints machin-chose de France, certes, mais un petit quelque chose tout de même.

Alors, je me disais… Rigolez pas, hein ? Je me disais que peut-être, ça serait bien si on avait quelque chose comme… par exemple, hein, des adjoint-e-s au handicap qui étaient… par exemple, toujours… vraiment handicapés. Oui, je sais, ça paraît stupide comme idée, c’est juste un premier jet, je dois encore travailler dessus. On va pas VRAIMENT avoir des adjoints au handicap handicapé-e-s, c’est là que mon idée pèche, évidemment. C’est comme si on avait des adjointes femmes pour réfléchir aux problématiques liées aux femmes ou pire, pour réfléchir aux même problématiques que celles auxquelles réfléchissent les hommes. Ou des adjoint-e-s racisé-e-s, pour… Non, oubliez, je dois vraiment pas être faite pour la politique.

écrit par
More from Sabrine

Vis ma vie de stagiaire sourde

Les réflexions dans les journaux mainstream entourant le vote de la loi...
Lire plus