Quand les valeurs féministes s’inscrivent dans la parentalité

Les courants de la parentalité sont vastes à l’image des féminismes. On leur donne plein de qualificatifs des plus agréables au plus stigmatisants : proximale, classique, tradi/traditionnaliste, mainstream,  positive, bienveillante, respectueuse, non-violente, violente, irrespectueuse, négative,  etc.  Certains de ces qualificatif sont simplement sous-entendus. Car « moi je fais ça, et donc je suis comme ça » et par effet miroir l’autre entend qu’il n’est pas «  ça » car il fait l’opposé. Il y a un qualificatif qu’on voit très peu qui pourtant est présent : féminisme. En ce 8 mars, pour le lancement de notre écho des sorcièr-e-s, j’ai envie de vous présenter en quoi ma parentalité et mes valeurs féministes sont intiment liées. Par la suite, je vous parlerai des parentalités et de l’écho que cela fait au féminisme.

J’ai une vision inclusive, intersectionnelle, non-binaire, et pleine de jolis termes qui collent à mes valeurs. Et en bien des points ces valeurs influencent complétement ma façon d’être parent-e.  Chez nous, on peut entendre « Quand bébé sera né, ce sera une fille et puis elle voudra devenir un garçon » comme nous l’avons entendu au réveillon du nouvel an de la part de notre fils de 5 ans.  Ou encore avoir un enfant qui dit avec sa franchise unique : « C’est moi qui décide avec mon zizi, si je suis un garçon ou une fille et pas toi ».  Bien des gens feraient la morale, pas nous.

Parmi les valeurs féministes en général on retrouve :

  • Le respect
  • L’auto-détermination
  • Ton corps t’appartient

Ces concepts s’intègrent complètement dans notre parentalité sans faire exotique dans le décor.  Ces idées s’insinuent dans de nombreuses décisions parentales au final. Comment on aborde l’hygiène, l’arrêt des couches, l’accès à son propre corps, le corps de l’autre, l’allaitement, l’alimentation, les contacts corporels, les devoirs sociaux des bisous et j’en passe.  Chez nous « oui » et « non » ont leur place, car nous – parents – nous voulons impérativement que nos enfants comprennent la valeur de ces deux notions simples qui jouent un rôle primordial. Un ordre est un ordre et une question ouvre des choix. Que le genre n’est pas une question binaire et qu’il appartient à eux de se définir.  Là, sur ce point, je suis la terreur de la cour de récré de l’école de mes enfants. Car l’école passe un message binaire qui ne colle pas à notre vie familiale, je suis pan – ça chamboule bien des principes binaires non ? Imaginez la tête de la maîtresse de mon enfant 5 ans !  Allez en Belgique, l’an prochain le respect des genres entre au programme. Envisagez la joie du corps enseignant. Notre lutin qui entre tout juste à l’école est très conscient de ces notions… Je traîne mes enfants avec moi pour qu’ils s’agrippent à la vie, du coup, il est allé chez Genres Pluriels avec moi ! En plus, je suis doula et j’accompagne le féminin (pas la féminité ! pas les femmes uniquement !), les parents et je masse, du coup mes enfants sont témoins de plein d’aspects très féministes de la vie et de nos valeurs  ! Je pense qu’ils seront des patients très avisés sur leurs droits face au corps médical.

ducks-452485_1280

Rah, c’est bon de voir tous ces aspects qui font écho au féminisme dans la parentalité : une société d’égalité, de respect, de vivre ensemble, de richesses des différences. Il est aussi important de dire que leur père cisgenre et hétéro ne se revendique pas comme féministe. Il n’est pas « opposé » à mes valeurs, bien au contraire. Simplement, ce n’est pas son chemin.

J’ai envie d’aborder avec vous tous ces aspects de la parentalité qui passent à la moulinette du jugement social, de « tout le monde à un avis sur comment éduquer votre enfant », évoquer les points de vue de parent-e féministe.

Il y a une chose qui restera pour moi une certitude : Les valeurs féministes s’inscrivent complètement dans nos parentalités. Car les grandes idées que l’on retrouve dans les courants posent des questions sur « comment je me situe moi dans cette relation avec un enfant ».

Next time ? L’organisation du sommeil, une question intime.

écrit par
More from Galeiliante

Quand les valeurs féministes s’inscrivent dans la parentalité

Les courants de la parentalité sont vastes à l’image des féminismes. On...
Lire plus